Home / Cupcakes et muffins / Muffins 150% chocolat

Muffins 150% chocolat

muffins 150% chocolatOui, pas 200%, parce que selon mon goûteur officiel, « ça manque encore de chocolat »… (inutile de vous préciser qu’il est particulièrement pointilleux en terme de cacao).

J’ai toujours adoré les gros muffins bien gonflés, qui ont l’air d’avoir éclaté dans le four. Pourtant, pas évident d’y parvenir, il faut jongler entre de bons ingrédients, des caissettes assez rigides et un remplissage parfait de ces dernières !

Grâce au blog C’est ma fournée, j’ai testé (et 100 fois approuvé) le muffin décadent :

  • Éléments perturbateurs (pour 10 gros muffins) :

–          200 gr de beurre pommade (salé pour moi, j’adore quand le sel se mêle au chocolat)

–          200 gr de sucre impalpable

–          150 gr de farine fermentante

–          2 œufs

–          50 gr de cacao Van Houten (non sucré)

–          160 gr de lait

–          150 gr de pépites de chocolat noir (je les fais moi-même à partir d’une tablette)

 

  • Péripéties :

–          Fouettez le beurre pommade avec le sucre glace jusqu’à ce que le mélange blanchisse (vive le Kitchenaid)

–          Ajoutez la farine et le cacao, et mélangez avec une maryse ou une cuillère en bois (évitez absolument le fouet, la pâte a une consistance très sèche).

–          Incorporez rapidement les œufs et le lait.

–          Ajoutez les ¾ des pépites et mélangez brièvement.

–          Placez vos caissettes dans un moule à muffins rigide.

–          Remplissez les caissettes jusqu’au bord (laissez un tout petit espace de sécurité).

–          Répartissez le reste des pépites de chocolat sur les muffins.

–          Enfournez pour 30 minutes dans un four préchauffé à 160°C, en retournant la plaque à mi-cuisson.

–          Laissez-les refroidir sur une grille.

 

La prochaine fois, je testerai une variante avec des pépites de chocolat blanc, et une variante 150% chocolat au lait!

 

muffins 150% chocolat

 

 

Que lire en dégustant un muffin 150% chocolat?

Il vous faut quelque chose de fort, de condensé. Un récit qui vous emporte, et que vous n’oublierez pas une fois la dernière page terminée.

C’est dans cette veine que je vous propose de lire (ou de relire?) « Acide sulfurique » d’Amélie Nothomb. Certes, l’auteur a bien souvent une plume à la limite du surréalisme, affublant ses personnages de prénoms loufoques et nous offrant des histoires courtes mais, malheureusement, assez éphémères. « Acide sulfurique » échappe à la règle, mêlant anticipation (qu’est-ce que la télé-réalité apportera à notre société?) et Histoire (la référence aux camps de concentration est on ne peut plus claire).

Pannonique, l’héroïne du récit, est au centre d’une nouvelle émission de télé-réalité, dans laquelle les spectateurs jouent un rôle capital. Elle est sous les ordres de Zdena, une geôlière qui ne parvient pas à endosser pleinement son rôle, trop fascinée par la personnalité de Pannonique.

 

acide_sulfurique

 

–  Mais, Kapo Zdena, intervint l’organisateur, aimeriez-vous subir ce que subissent les prisonniers?
– C’est malhonnête comme question. D’abord, les détenus, on ne sait pas ce qu’ils pensent, puisque les organisateurs ne le leur demandent pas. Si ça se trouve, ils ne pensent rien.

– Quand on découpe un poisson vivant, il ne crie pas. En concluez-vous qu’il ne souffre pas, kapo Zdena ?

– Elle est bonne, celle-là, je la retiendrai, dit-elle avec un gros rire visant à provoquer l’adhésion. Vous savez, je pense que s’ils sont en prison, ce n’est pas pour rien. On dira ce qu’on voudra, je crois que ce n’est pas un hasard si on atterrit avec les faibles. Ce que je constate, c’est que moi, qui ne suis pas une chochotte, je suis du côté des forts. A l’école, c’était déjà comme ça. Dans la cour, il y avait le camp des fillettes et des minets : je n’ai jamais été parmi eux, j’étais avec les durs. Je n’ai jamais cherché à apitoyer, moi.

– Pensez-vous que les prisonniers tentent d’attirer sur eux  la pitié?

– C’est clair. Ils ont le beau rôle.

– Très bien, kapo Zdena. Merci pour votre sincérité.

 La jeune fille quitta le champ de la caméra, épatée de ce qu’elle avait dit. Elle ne savait pas qu’elle pensait tant de choses. Elle se réjouit de l’excellente impression qu’elle allait produire.

 

 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !


2 thoughts on “Muffins 150% chocolat

  1. Sev

    27 oct on 2013 at 18:47

    Je tenterai cette recette pour mes envies soudaines et intenses de chocolat!
    Je voulais commenter « Acide sulfurique ». Je l’ai lu l’an dernier. Le renvoi à la télé-réalité et aux camps de concentration m’a plu et pourtant, en fermant le livre, j’ai ressenti comme un sentiment d’inachevé. J’ai déjà remarqué cela avec les romans de Nothomb. Peut-être est-ce à cause de leur brièveté et donc la vitesse avec laquelle on enfile le roman?

  2. DarkValkyrie

    14 oct on 2013 at 20:10

    bon je ne les ai pas goûtés, mais je les trouve particulièrement décadents, moi.
    et j’aime aussi le chocolat et le sel!! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *