Home / Macarons / Macarons à la framboise

Macarons à la framboise

Macarons à la Framboise

 

Dans la série « macarons », je demande quelque chose d’un peu plus frais que l’éternel macaron au chocolat (même si, je dois bien l’avouer, je ne suis que rarement écœurée par le chocolat). Cette crème framboise a l’avantage d’être à la fois sucrée et légèrement acide.

 

Attention, cette crème détrempe rapidement les coques: garnissez vos macarons quelques heures avant de les déguster.

  • Éléments perturbateurs (pour 30 macarons)

–          60 coques de macarons

–          1 œuf

–          10 g de maïzena

–          120 g de framboises (fraîches ou surgelées)

–          40 g de sucre en poudre

–          1 feuille de gélatine

–          60 g de beurre pommade (= mou)

 

  • Péripéties

–          Faites chauffer les framboises avec le sucre. Mixez-les.

–          Dans une casserole, mélangez l’œuf et la maïzena.

–          Ajoutez le coulis de framboises et faites épaissir en mélangeant sans cesse avec un fouet.

–          Faites ramollir la gélatine dans de l’eau froide.

–          Lorsque la préparation comme à bouillir, ôtez la casserole du feu et intégrez-y la gélatine.

–          Enfin, ajoutez le beurre en morceaux.

–          Laissez refroidir, puis faites prendre au frais pendant au moins 4 heures (une nuit, c’est l’idéal).

–          Mettez cette crème dans une poche à douille et garnissez vos coques de macarons.

 

Je le rappelle: il s’agit d’une crème qui ne contient pas de chocolat. Elle est donc un peu liquide, et détrempe assez rapidement les coques. Je vous conseille de les assembler quelques heures avant la dégustation, au risque de voir vos macarons se défaire au moment où vous les prendrez en main ! 

 

D’autres macarons aux fruits qui valent la peine d’être goûtés:

 

Macarons à la framboise

Que lire en mangeant un macaron à la framboise?

 

Depuis quelques semaines, je fais quelque chose que je n’avais jamais fait : relire un bouquin déjà lu auparavant… J’ai le vague sentiment de jouer l’amnésique, mais je ne dois pas me forcer beaucoup (Alzheimer me guette-t-il?). Bon, bien sûr, je ne prends pas des livres que j’ai lus l’année dernière! Si vous me lisez régulièrement, vous aurez remarqué que je suis une fan inconditionnelle des policiers. J’ai donc relu mon auteur fétiche en la matière: Franck Thilliez.

La Mémoire fantôme raconte l’histoire assez inhabituelle de Manon, une jeune femme dont la mémoire a été énormément abîmée suite à un choc. Depuis, ses souvenirs ne durent que 4 à 5 minutes, après lesquelles Manon oublie tout: ce qu’elle fait là, avec qui elle est, qui sont ses proches,… Pour pallier ces manques, elle possède un petit appareil, le nTech, dans lequel elle encode la totalité de son existence, créant des listes de choses faites ou à faire.

Le livre s’ouvre sur une période de « réveil » de Manon: elle se trouve dans une cabane au fond des bois; face à elle, un tapis d’allumettes et, au mur, une spirale de chiffres représentant le nombre Pi. Sur la main de la jeune fille, une scarification disant « Pr de retour ». Elle comprend vite, grâce à son nTech, qu’il s’agit du Professeur, un tueur ayant assassiné sa soeur quelques années plus tôt. Manon décide alors d’utiliser ses troubles mnésiques pour partir à sa recherche.

THILLIEZ mémoire fantome

Encore une fois, le récit de Thilliez est ficelé d’une main de maître: TOUT se tient, alors que l’histoire est très alambiquée (mais jamais farfelue!). Toutes les pièces du puzzle s’emboîtent parfaitement les unes dans les autres au fur et à mesure des pages, sans laisser au lecteur une once de perplexité.

Je vous laisse avec celui-ci, je me lance dans la re-lecture de « Train d’enfer pour Ange rouge » (quel mauvais titre, vraiment…), dont je me rends compte avec bonheur que j’ai oublié toute l’histoire!



Rendez-vous sur Hellocoton !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *