Home / Cakes et gâteaux / Gâteau pommes cannelle et crumble

Gâteau pommes cannelle et crumble

Gateau pommes cannelle crumble

Comme d’habitude, de vieilles pommes qui flétrissent dans leur panier. Mais cette fois, marre du banal cake aux pommes, j’ai envie de quelque chose d’un peu plus travaillé (attention, hein, ça reste très basique) et de plus croustillant! Le crumble à la cassonade est délicieux, facile à réaliser… Bref, une recette classique, mais qui dépanne en cas de goûter imprévu!

La recette de base nécessite de la sour cream (crème aigre, pour les francophiles). On l’utilise beaucoup dans la cuisine américaine, notamment. Vous pouvez l’acheter dans le commerce, bien sûr, mais il y a moyen d’en faire avec les moyens du bord: 1 cuillère à soupe de jus de citron pour 20 cl de crème à minimum 30% de matière grasse, on laisse poser 5 minutes puis on l’incorpore à la recette!

 

  • Éléments perturbateurs pour le crumble

–          140 g de farine

–          60g de sucre

–          70g de cassonade brune

–          1 cuillère à café bien remplie de cannelle

–          100 g de beurre fondu

 

  • Éléments perturbateurs pour le gâteau

 –          140 g de beurre pommade

–            160 g de sucre

–            60 g de cassonade brune

–            2 œufs

–            225 g de crème

–            1 cs de jus de citron

–             210 g de farine

–             1 cc de cannelle

–            6 g de levure

–            1 pincée de sel

–            2 pommes (la Granny Smith donnera un petit côté acidulé assez intéressant !) coupées en morceaux

 

gâteau pommes cannelle crumble

 

  • Péripéties

–          Préparez le crumble :
–          Mélangez tous les ingrédients secs dans un bol.

–          Faites fondre le beurre et versez-le sur les ingrédients secs. Mélangez avec une fourchette jusqu’à ce que la farine disparaisse.

–          Réservez.

 

–          Préparez le gâteau :

 

–          Mélangez la crème et le jus de citron. Réservez.

–           Fouettez le beurre et les sucres jusqu’à obtenir une pâte légère et mousseuse.

–          Ajoutez les œufs et fouettez quelques secondes.

–          Mélangez la farine, la levure, la cannelle et le sel.

–          Incorporez ce mélange au mélange beurre-sucres, en alternant avec la crème.

–          Enfin, ajoutez les pommes.

–          Versez la pâte dans un moule carré de 25 cm de côté, recouvert de papier sulfurisé.

–          Avec les doigts, déposez le crumble sur toute la surface.

–          Enfournez dans un four préchauffé à 170°C pendant 50 minutes.

 

gateau pomme cannelle crumble

 

Que lire en mangeant une part de gâteau pommes, cannelle et crumble?

 

Je sais, j’ai au moins 4 trains de retard… Mais j’ai enfin lu « La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert« , énorme succès du suisse Joël Dicker. Et bien, sensation étrange tout au long de cette lecture: je suis restée complètement scotchée du début à la fin, tout en me disant à chaque page, que, quand même, ce n’était pas si extraordinaire que ça!

Sans dévoiler quoi que ce soit (mais existe-t-il encore des gens qui, comme moi, ne l’auraient pas lu?), je trouve que le succès que rencontre Quebert dans le livre est totalement invraisemblable! C’est peut-être bête, je vous l’accorde, mais ça a gâché toute ma lecture! On table sur le fait qu’il a écrit un tel chef d’œuvre qu’il en devient professeur de lettres, que son roman est renseigné dans les programmes scolaires, etc… mais quand on lit les extraits, c’est tellement plat et niais!

Et je n’ai pas su croire non plus en cette histoire d’amour entre une ado et un trentenaire. Oh, je sais pertinemment que ça existe dans la vraie vie, mais je trouve que c’était assez mal exprimé dans le récit: Nola le vouvoie d’une manière nunuche (incompatible, selon moi, avec la maturité qu’on lui prête); Harry lui voue un culte sans fondement si ce n’est celui du coup de foudre.

Malgré ça, j’ai accroché et je ne sais pas pourquoi. Peut-être grâce aux judicieux conseils d’écriture prodigués à Marcus par Quebert?

 La vérité sur l'affaire Harry Quebert

 « Harry, comment transmettre des émotions que l’on n’a pas vécues?

– C’est justement votre travail d’écrivain. Ecrire, cela signifie que vous êtes capable de ressentir plus fort que les autres et de transmettre ensuite. Ecrire, c’est permettre à vos lecteurs de voir ce que parfois ils ne peuvent voir. Si seuls les orphelins racontaient des histoires d’orphelins, on aurait de la peine à s’en sortir. Cela signifierait que vous ne pourriez pas parler de mère, de père, de chien ou de pilote d’avion, ni de la Révolution russe, parce que vous n’êtes ni une mère, ni un père, ni un chien, ni un pilote d’avion et que vous n’avez pas connu la Révolution russe. Vous n’êtes que Marcus Goldman. Et si chaque écrivain ne devait se limiter qu’à lui-même, la littérature serait d’une tristesse épouvantable et perdrait tout son sens. On a le droit de parler de tout, Marcus, de tout ce qui nous touche. Et il n’y a personne qui puisse nous juger pour cela. Nous sommes écrivains parce que nous faisons différemment une chose que tout le monde autour de nous sait faire: écrire. C’est là que réside toute la subtilité. « 

 

Oui, je suis d’accord, c’est finalement très kitsch comme conseil… (Un peu Marc Lévy, même, non??)

 

 

 

 

 

 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *