Home / Biscuits / Cookies chocolat fourrés au caramel

Cookies chocolat fourrés au caramel

cookies chocolat fourrés au caramel

Les gens m’envoient parfois des images tellement alléchantes… Je ne peux m’empêcher de tester des recettes qui, je le sais, ne me plairont pas. Je n’aime pas les cookies « tout chocolat », ça m’écœure (fait rare!), mais j’ai un grand adepte à la maison… Et comme « pâtisserie » rime pour moi avec « faire plaisir », j’ai essayé!

Quoi qu’on en dise, il faut bien avouer que les Américains ont le goût de la décadence. Tout est toujours (souvent…) exagéré dans leurs recettes! Il suffit de flâner sur Pinterest pour avoir sous les yeux des mélanges complètement incroyables, des associations impensables, des empilements de sucreries qui sont supposées se manger seules…

Ici, la recette propose pas moins de 4 types de chocolat: en pépites, haché, sous forme de cacao et de poudre à pudding! Le résultat? Visuellement, ces cookies sont super beaux et gourmands! Gustativement parlant, c’est ultra-chocolaté, mais le petit goût de caramel au centre vient « adoucir » (n’exagérons rien, quand même) le tout! Par contre, ils sont vraiment énormissimes, je vais tenter de les faire plus petits la prochaine fois, en coupant par exemple le Rolo en deux.

 

  •  Éléments perturbateurs (pour 18 énormes cookies)

 –          170 g de beurre pommade (= mou)

–          170 g de cassonade blonde

–          60 g de sucre

–          2 œufs

–          100 g de poudre à pudding chocolat

–          45 g de cacao non sucré

–          280 g de farine

–          1 cc de bicarbonate de soude

–          110 g de pépites de chocolat

–          100 g de chocolat noir haché finement (un grand couteau et une planche font l’affaire)

–          18 Rolo (si vous n’en avez pas, coupez des morceaux de caramel mou d’environ 1 cm³)

 

cookies chocolat fourrés au caramel

 

  • Péripéties

–          Mélangez ensemble le beurre mou, la cassonade et le sucre jusqu’à ce que le mélange soit lisse.

–          Ajoutez les œufs et mélangez énergiquement à la spatule.

–          Incorporez le pudding et le cacao (c’est difficile au début, c’est normal !).

–          Ajoutez la farine et le bicarbonate et mélangez bien.

–          Enfin, ajoutez les pépites et le chocolat haché et mélangez quelques secondes pour que l’ensemble soit homogène.

–          Pesez 18 petits tas (environ 65 g chacun).

–          Formez des boules et insérez un Rolo dans chacune d’elles. Refermez bien pour que le Rolo reste au centre.

 

Cookies chocolat fourrés au caramel Rolo

Aplatissez un peu la boule de pâte, insérez-y le Rolo et recouvrez-le délicatement.

–          Déposez vos 18 boules sur un plat et entreposez-les au moins 2 heures au réfrigérateur.

–          Préchauffez votre four à 180°C.

–          Disposez les boules sur une plaque recouverte de papier sulfurisé en les espaçant d’au moins 4 centimètres (j’ai cuit mes cookies en 2 fois).

–          Faites cuir pendant 10 minutes (pas plus!)

 

Ces cookies sont très fragiles lorsqu’ils sortent du four. Laissez-les durcir quelques minutes avant de les manipuler. Posez-les ensuite sur une grille pour qu’ils refroidissent sans s’humidifier.

cookies chocolat fourrés au caramel

 

 

Que lire en mangeant un cookie chocolat fourré au caramel?

 

Je vous propose quelque chose de super condensé, un livre qui, à l’instar de ces cookies ultra-forts, ne vous laisse pas la possibilité d’en avaler directement un deuxième.  J’ai ressenti ce « stop, c’était bien, mais je n’en veux plus pour le moment » avec Eldorado de Laurent Gaudé (un auteur que j’affectionne particulièrement!). L’histoire est insoutenable par moments, mais elle se lit avec une facilité certaine tant l’écriture de Gaudé est riche et fluide.

 

Salvatore Piracci exerce un travail discutable: il traque les clandestins qui, quotidiennement, mettent leur vie en danger afin de rejoindre les terres italiennes. Il agit sans scrupule ni questionnement, parce que la loi l’indique et qu’il croit en la loi. Mais ses certitudes sont ébranlées lorsqu’il retrouve une femme qu’il avait sauvée des eaux quelques années plus tôt. Son histoire, son désir de vengeance, le drame de sa vie vont peu à peu mener Salvatore à revoir ses positions….

Eldorado-Livre-924534163_ML

– Nous avons d’abord essayé de rester tous ensemble, expliqua l’homme et il parlait un anglais fluide et sans fautes. Cela nous semblait plus sage. Tous ensemble. Nous pensions qu’il serait plus facile de nous retrouver. Mais la mer a commencé à s’agiter et cela devenait de plus en plus difficile. Nous n’avions pas de corde pour attacher les canots les uns aux autres. Il y a d’abord eu une barque qui s’est décrochée du groupe. Puis la mer est devenue vraiment mauvaise. Notre groupe a explosé. Deux d’un côté, deux de l’autre. Nous ne voyions plus rien. Les vagues faisaient des creux immenses. C’est un miracle que nous ayons pu rester côte à côte.

– C’était il y a combien de temps? demanda le commandant.

– Deux heures, répondit l’homme en regardant sa montre.

– Merci, conclut le commandant. Dites aux autres qu’il vaut mieux qu’ils rentrent à l’intérieur pour ne pas gêner la manoeuvre. Mes hommes leur distribueront des couvertures.

L’homme acquiesça. Il parla au groupe qui se mit doucement en branle pour se réfugier à l’abri. Mais au lieu de le suivre immédiatement, l’interprète se dirigea vers le commandant et lui tendit la main.

– Merci, dit l’homme avec chaleur. Puis il porta sa main à son coeur et répéta: Merci, en baissant la tête.

– Ne me remerciez pas, dit doucement le commandant.

Son interlocuteur prit cela pour de la modestie mais ce n’était pas ce que voulait dire Piracci. Il pensait à ce qui allait se passer pour cet homme. Au centre de détention. Au renvoi dans son pays. A l’échec toujours renouvelé et il ne voulait pas être remercié. C’est alors que l’homme reprit la parole d’une voix calme:

– J’ai échoué. Ce n’est pas grave. Je vais retourner chez moi. Je réessaierai. Mais j’allais mourir noyé, là, au milieu de nulle part, avec de l’eau dans la bouche, dans les yeux, dans les poumons. Juste un corps pour nourrir les poissons. Vous m’avez sauvé de cela.



Rendez-vous sur Hellocoton !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *