Home / Pains, pâtes et brioches / Brioche nature super moelleuse

Brioche nature super moelleuse

brioche nature super moelleuse

Lorsque j’ai commencé à faire de la pâtisserie, j’ai été confrontée à des « impossibles »: la brioche en faisait partie! N’ayant encore que très peu de connaissances en la matière, j’ai fait au moins 10 brioches avant de comprendre que je me trompais dans le levure: au lieu de prendre de la levure de boulanger, j’utilisais de la levure déshydratée en quantité astronomique. J’obtenais donc une brioche non seulement très dense, mais surtout avec un effroyable goût de levure! Du coup, ça doit être purement psychologique, mais je n’en avais jamais refait. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts (et, surtout, des cours de boulangerie ont éclairé mes lanternes) et c’est (presque) sans stress que je me suis lancée dans la confection d’une brioche nature, sans fioriture, parfaitement apte à recevoir une généreuse couche de confiture (ou de pâte à tartiner noisette, tant qu’on y est!).

J’ai puisé la recette dans un super livre reçu en pré-cadeau de Noël: « Le grand manuel du pâtissier » . Je vous en reparle bientôt!

Le résultat est tout à fait satisfaisant! On obtient une brioche filante et pas trop sucrée. Me voilà réconciliée avec la brioche, et prête à en tester des versions améliorées (sans surprise, la brioche fourrée au Nutella sera certainement ma prochaine victime…)

Au niveau du mode opératoire, vous pouvez tout aussi bien réaliser cette brioche à la main, au robot ou à la machine à pain. Si vous la faites à la main, vous sentirez bien mieux l’état de la pâte et vous amalgamerez plus facilement le beurre.

Les quantités ci-dessous vous permettront de faire une brioche « nanterre » à 4 boules (comme la mienne), ou une brioche tressée, ou 2 brioches à tête)brioche moelleuse tranche nature

  • Éléments perturbateurs

– 20 g de levure de boulanger (le cube au frais) ou 7 g de levure sèche (à réhydrater)

– 400 g de farine blanche

– 10 g de sel

– 40 g de sucre

– 250 g d’œuf (= environ 5 œufs)

– 200 g de beurre (de bonne qualité, c’est primordial!)

– du sucre gros grain (S2)

– de l’œuf pour la dorure

 

  • Péripéties

Tout cela se fait bien sûr au robot également, mais je vous donne ici la version manuelle de la brioche!

– Pesez d’abord tous vos ingrédients et coupez le beurre en petits morceaux.

– Dans un grand bol, émiettez la levure et versez-y les œufs. Mélangez avec vos doigts pour bien dissoudre la levure.

– Ajoutez le sucre et la farine et mélangez toujours avec votre main (droite, si vous êtes droitier; on en garde une propre!) en écrasant la pâte pour qu’elle soit homogène. Lorsqu’elle se décolle bien de la paroi, ajoutez le sel.

Il est très important de tenir éloignés le sel et la levure. En effet, le premier tue la seconde s’ils sont mis trop tôt en présence.

– Incorporez ensuite les morceaux de beurre petit à petit en les écrasant dans la pâte. Ils doivent être totalement mélangés à la pâte.

– Sortez votre pâte du bol, farinez le bol, et replacez la pâte dedans. Saupoudrez la pâte d’un peu de farine, couvrez le bol (d’une serviette ou d’un film plastique) et placez-le au frigo pendant 1 heure 30.

Le fait de mettre la pâte au frais lui permet de lever de manière tranquille, sans déchirer le réseau de gluten (ce fameux réseau qui vous donnera une brioche moelleuse et filante!)

brioche pâton

 

– Il faut maintenant rompre la pâte, ce qui signifie qu’on enlève le gaz qui s’y est accumulé pendant la pousse (= la levée, l’action de la levure). Pour cela, sortez la pâte du bol, déposez-la sur un plan de travail légèrement fariné et écrasez-la (délicatement!) avec la paume de votre main.

– Divisez la pâte en 4 morceaux de même poids (environ 200 grammes chacun).

– Formez 4 boules.

C’est ce qu’on appelle « bouler »: placez la boule de pâte sur le plan de travail, mettez votre main en cloche dessus, ongles contre le plan de travail. Formez des mouvements circulaires en ramenant la pâte dessous avec vos doigts. Le but, c’est que le dessus de la boule soit lisse, et que tout ce qui dépasse soit ramené dessous. Ne vous inquiétez donc pas du visuel du dessous de la boule!

– Placez ces 4 boules côte à côte dans un moule à cake (de 26 cm environ) recouvert de papier sulfurisé.

– Couvrez le moule d’un linge propre, et déposez-le dans un endroit chaud (pour ma part, dans la buanderie!). Laissez la brioche gonfler pendant environ 1 heure 30.

Si vous avez la chance d’avoir un four avec la fonction « étuve », utilisez-le! Placez-y la brioche à 40° pendant 1 heure 30. N’oubliez pas qu’au-delà de 45-50°C, la levure meurt!

– A la fin de ce laps de temps, la brioche doit avoir doublé de volume. Il est temps de la fignoler avant la cuisson! Mais d’abord, préchauffez votre four à 200°C.

brioche moelleuse nature grigne sucre

– Battez un œuf au fouet (pour éviter de laisser des traînées de blanc) et dorez la brioche au moyen d’un pinceau. Soyez délicat, il ne faut pas la faire retomber!

– Avec une paire de ciseaux ou une lame de rasoir, faites une incision dans chacune des boules (on appelle cela « grigner »). Enfin, saupoudrez la brioche de sucre gros grains.

– Enfournez pour 30 minutes.

Comment vérifie-t-on qu’un pain ou une brioche est cuit? Il suffit de le démouler et de toquer sur le fond: s’il sonne creux, c’est cuit!

– Démoulez directement la brioche et laissez-la refroidir sur une grille.

 

Pour la conserver, enroulez la brioche dans un linge propre puis dans un sac plastique.

brioche moelleuse confiture

Que lire en mordant dans une tranche de brioche?

J’adore les vacances, parce qu’elles me permettent souvent de rattraper mon retard monstre en matière de lecture. Je vous l’ai déjà dit, j’aime savoir que quelques bouquins attendent sagement dans ma bibliothèque. Bref, les 3 heures d’avion aller et retour pour Marrakech m’ont permis de terminer une daube (dont je vous parlerai quand même plus tard, histoire de vous mettre en garde) et de refermer un petit bijou: « L’île des oubliés » de Victoria Hislop.

 

l'île des oubliés Victoria Hislop

 

Le livre commence de manière assez banale (je me méfiais, d’ailleurs!): Alexis, anglo-crétoise de 25 ans, part à la recherche de ses origines, puisque sa mère ne souhaite pas les lui dévoiler. Elle se retrouve donc à Plaka, ville côtière de Crète, pour écouter l’histoire de sa famille contée par une ancêtre du village. Bon, jusque là, vous serez d’accord avec moi, c’est relativement quelconque! Mais la suite est passionnante: on y découvre que l’arrière-grand-mère d’Alexis avait contracté la lèpre et, comme tous les lépreux, avait été conduite sur l’île de Spinalonga, transformée en léproserie (historiquement véridique, c’est assez intéressant comme sujet!). De cette mise au ban de la société découlera l’histoire de toute une famille…

Quel récit! C’est bien simple, je l’ai dévoré ce bouquin (exception faite du début et de la fin, car la vie d’Alexis manque fort d’intérêt comparée à celle de ses aïeux): poignant car il parle de drames familiaux; éclairant puisqu’il aborde une problématique toujours d’actualité; touchant parce qu’il évoque, sans que ce soit larmoyant, l’inéluctable hérédité des secrets de famille.

***

Comme le bateau approchait de l’îlot, Eleni serra encore plus fort la main de Dimitri. Elle se réjouissait d’être là pour s’occuper de ce pauvre enfant, fermant les yeux sur l’ironie de la situation. Elle l’élèverait comme son propre fils et veillerait à ce que son instruction ne soit pas interrompue par ce tragique revers de fortune. Ils étaient assez proches de Spinalonga maintenant pour qu’elle pût voir quelques personnes devant la forteresse, et comprendre qu’ils les attendaient. Pour quelle autre raison seraient-ils là? Pas pour quitter l’île en tout cas.

Avec adresse, Giorgis orienta la barque vers l’appontement, puis aida Eleni et Dimitri à poser le pied sur la terre ferme. Il se surprit à éviter tout contact avec la peau du garçon, le prenant par le coude et non la main. Il concentra ensuite toute son attentions sur l’amarre, qu’il noua à toute vitesse pour pouvoir décharger les bagages, et oublier qu’il quitterait l’île sans sa femme. Le cageot en bois du garçon et la caisse plus grande d’Eleni atterrirent à leur tour sur le quai.

Maintenant qu’ils étaient à Spinalonga, Eleni comme Dimitri avaient l’impression d’avoir traversé un vaste océan et laissé leurs anciennes vies à des milliers de kilomètres.

Quand Eleni se retourna une dernière fois, elle constata que Giorgis était parti. Ils étaient convenus la nuit précédente qu’il n’y aurait pas d’adieu, et ils avaient tous deux tenu parole. Giorgis se trouvait déjà à une centaine de mètres, le chapeau enfoncé sur les yeux, de sorte à ne voir que le bois foncé de sa barque.

***





Rendez-vous sur Hellocoton !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *